Le blog de la décoration mais pas que …

maison autonome solaires bois installation consommation énergétique passive eaux habitat écologique chaleur bâtiment électrique photovoltaïques travaux bioclimatique économies autoconsommation toiture poêle éolienne batteries matériaux thermique habitation

Qu’est-ce qu’une maison autonome ?

Les maisons autonomes attirent de plus en plus les particuliers désireux d’entamer la construction de leur maison. Écologiques, mais aussi économiques, elles ont tout pour plaire. Toutefois, il existe encore plusieurs polémiques autour de leur fonctionnement, d’où la nécessité d’en avoir une idée précise.

Qu’est-ce qu’une maison autonome ?

Une maison indépendante dite également autonome est caractérisée par deux principaux points :

Une maison sans assistance extérieure

En fait, il s’agit d’un logement qui subvient entièrement aux besoins de ses occupants sans dépendre des divers réseaux. Encore appelée maison autosuffisante, elle n’est reliée ni au réseau d’eau, de gaz ou d’assainissement et encore moins au réseau d’électricité.
Ainsi, elle doit donc répondre à tous ses besoins sans une assistance extérieure. Pour ce faire, elle utilise généralement des énergies renouvelables avec lesquelles, elle arrive à s’alimenter au quotidien.

Une maison alimentée par des énergies renouvelables

Pour répondre aux besoins de ses occupants, la maison autonome utilise des sources d’énergie renouvelable et facilement accessibles. Souvent isolée, elle a directement accès à certaines sources d’énergies renouvelables qui ne sont pas forcément accessibles en milieu urbain. En effet, on retrouve les maisons autonomes la plupart du temps en forêt, en montagne ou à la campagne.
Compte tenu de ses caractéristiques, la maison autonome dispose d’un mode de fonctionnement différent des autres maisons.

Comment fonctionne une maison autonome ?

La production d’électricité dans une maison autonome

Une maison autonome doit être en mesure de produire et de consommer sa propre électricité, sans être raccordée au réseau. Cela implique que la demeure soit alimentée à l’aide d’un système à énergie renouvelable. Il peut s’agir d’un système de type photovoltaïque, éolien ou encore hydraulique.

En fonction de la région et des ressources dont dispose la maison, il faudra soit choisir l’une des technologies soit en combiner plusieurs.
Dans les zones ventées par exemple, il faudra logiquement privilégier les installations éoliennes. Les régions particulièrement bien ensoleillées seront quant à elles favorables au système solaire.

En présence d’une source d’eau à proximité de la maison, l’option hydraulique est la plus logique.
Il n’est pas non plus exclu de combiner plusieurs systèmes de production d’électricité à la fois et principalement ceux qui peuvent s’alterner. Les sources renouvelables basées sur le vent et le soleil sont par exemple complémentaires.

Les panneaux aéro voltaïques sont également adaptés pour la construction d’une maison autonome. Il est en effet possible de produire de l’électricité avec cette source à l’aide du soleil. On peut également s’en servir pour obtenir du chauffage via une ventilation d’air chaud. La majorité des particuliers y font recours pour leurs projets.

La gestion de l’eau dans une maison autonome

Pour asseoir son autonomie, la maison doit produire elle-même son eau sanitaire. Pour ce faire, il faudra multiplier les dispositifs de préservation de l’eau. À cet effet, il est possible de réutiliser et de stocker l’eau de pluie, à certaines conditions et pour des usages précis.

Ainsi, la solution est d’installer un réseau indépendant, alimenté uniquement par de l’eau de pluie récupérée, et utiliser cette ressource pour les toilettes, le lavage des sols et du linge. Néanmoins, il faudra d’abord traiter mécaniquement et chimiquement l’eau. Par ailleurs, la réutilisation de l’eau de pluie implique la responsabilité de l’entretien et de la sécurité du réseau d’eau de pluie par le propriétaire.

Avantages et inconvénients des maisons autonomes ?

Opter pour une maison autonome offre des avantages, mais a également des inconvénients :

Maison autonome : avantages

D’abord, habiter une maison autonome réduit fortement l’empreinte laissée sur l’environnement. En effet, l’utilisation de ressources renouvelables et écologiques permet la réduction de l’impact environnemental de la maison.

Par ailleurs, les occupants d’une maison autonome sont isolés du système classique auquel appartiennent les maisons classiques. Ainsi, en cas de panne générale ou de blackout par exemple, on n’est pas impacté. Les usagers de ce type de maison sont par la même occasion exemptés de paiement de frais d’abonnement liés à l’électricité par exemple.

Maisons autonomes : inconvénients

Le principal inconvénient des maisons autonomes est le prix. Que ce soit pour la partie photovoltaïque ou encore pour celle du chauffage et de l’isolation, les investissements à faire sont conséquents. Une étude de rentabilité doit donc être effectuée préalablement, afin de déterminer si oui ou non, le projet sera rentabilisé.

L’autre inconvénient d’une maison autonome est la quantité d’équipement à entretenir. Sans oublier que si l’un d’eux tombe en panne, on ne pourra pas compter sur le réseau d’approvisionnement pour prendre le relais.

 

Les meilleurs produits du marché !

 

Partagez cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Vous aimerez aussi ces articles sur la construction :